J'ai pu à nouveau offrir mes services pour un mariage.

Ne connaissant absolument pas les protagonistes, le scénario a été élaboré par quelqu'un d'autre.
Ce que j'appelle scénario, c'est le nombre de cases, ainsi que tout ce qui se dit et tout ce qui se fait dans chacune des cases. J'ai pu proposer quelques idées, mais je n'avais en aucuns cas la décision finale. Je n'ai prêté que mon crayon.

Pendant longtemps, je cherchais des informations sur les méthodes de création des planches dans la bande dessinée.
Ce ne sont pas des choses que l'on trouve facilement, ou tout du moins, je trouvais que les explications manquaient de précisions, voir d'exemples concrets. Je vais donc consacrer ce "billet" à exposer ces révélations que j'aurais voulu pouvoir trouver plus facilement.


Voici donc MES étapes de réalisation d'une planche.




Tout d'abord, le scénario m'est arrivé entre les mains, par écrit, sur papier.
De là, je fais un brouillon. Ça me permet de voir comment disposer et arranger les cases.

brouillon


Le brouillon fait et approuvé, je passe au crayonné de la planche.

Mon matos:
Une planche de papier technique (un papier lisse qui supporte bien l'encre de chine et les feutres). Moi, j'utilise un format A3.
Certains dessinateurs divisent leur planche en deux et répartissent les deux moitiés sur deux feuilles de format A4 utilisées dans le sens de la largeur. Cette méthode oblige à garder les mêmes tailles de cases (voir
ces trois exemples) et ne permet pas ainsi de créer "un désordre" que j'affectionne tout particulièrement (ici et ).

Mes méthodes:
Pour les cases de la planche, je prends un écart de 2 cm avec chaque bordure du papier. Et la plupart du temps, les cases sont séparées entre elles d'une distance de 5 mm.
Pour le texte, les lettres font 3 mm de hauteur et un écart de 1 mm sépare les lignes les unes des autres.
Pour les bulles, on trouve dans le commerce des règles pour faire des formes arrondies allant des ellipses au cercle tout en variant les diamètres.

crayonn_1
crayonn_2


Pour une question de clarté, une modification est opérée.
Il s'agit de la troisième case.

modif_case


Une fois le crayonné accepté, je passe à l'encrage de la planche
(feutres de différentes épaisseurs pour les traits et encre de chine avec pinceau pour les surfaces noires).

Certains dessinateurs utilisent des pinceaux de différentes épaisseurs pour les traits (et des plumes ou des rotrings pour les traits plus fins). Le pinceau donne au trait un aspect que j'adore (et je ne suis pas le seul, regardez). Malheureusement je ne maîtrise pas correctement le pinceau, alors avec mes feutres j'essaie de rendre tant bien que mal cet effet de trait idolâtré.

Pour rectifier les erreurs, rien de tel que le blanco.
A savoir que lorsque la gomme passe sur de l'encre déposée sur du blanco, cela fait des dégâts.

planche_quasi_finie1
planche_quasi_finie2


Une fois l'encrage terminé, je gomme le crayon, retravaille certains traits, repeins certaines surfaces qui ont perdu de leur noirceur. Puis je colle ça dans le scanner, réglage des couleurs "noir et blanc".
Et c'est fini.

Une méthode pratique consiste à utiliser des crayons de couleur bleue pour faire le crayonné. L'astuce, c'est qu'il n'est pas nécessaire de gommer lorsqu'on scanne le dessin en "noir est blanc" car les traits bleus n'apparaissent pas.
Pour ma part, je n'utilise pas cette méthode (menteur?) pour mes planches pour trois raisons:

- Le crayon bleu se distingue moins que le crayon à papier (dit crayon de bois pour les picards). C'est moins pratique pour les petits traits fins de précision.
- Le feutre ou l'encre sur le crayon bleu marque difficilement, il faut repasser plusieurs fois et avec insistance. Résultat possible : Travail de sagouin fatiguant, surtout pour les petits traits fins de précision.
- Le crayon bleu se gomme beaucoup moins bien que le crayon de bois à papier. Il faut être sûr de soi lorsqu'on l'utilise et ne pas faire un travail de recherche.

Planche_finie1
Planche_finie2


Ensuite vient le stade de la couleur.

Étape que je ne fais quasiment jamais. Et pour cet exemple, je n'ai pas tourné le dos à mes habitudes.
Plusieurs méthodes et plusieurs matériels sont utilisés (comme ici, avec aquarelle et encre de chine diluée à l'eau).
Mais la méthode la plus courante est, je pense, très bien expliquée sur ce blog
.